The early history of the Hotel du Golf

This is a memo written in October 7th, 1980. Tom Bloomer sent it to the base leadership team in Lausanne, Switzerland, after a conversation with the former owner of the Hotel, Mme André.

I thought you might like to know that in a conversation we had with Mme André a couple of days following M. Blanc’s death, she shared with us quite a bit about the early history of the hotel.

Some of these stories should perhaps be discounted a bit as particularly the personality details may not be 100% true. Also, Mme André’s memory for details is not what it used to be.

In any case, the hotel was built in 19O3 by a sausage butcher who had an inheritance from his mother. Apparently he was a man who was rather rude to his guests and it did not work out very well. After about 30 years the bank, Credit Foncier Vaudois, took over the hotel because he could not make the payments on the mortgage. This was in 1933-34 and the value of the hotel at that time was estimated at SFr. 80,000.

At this time they also completely redid the hotel. It was then that the running water was installed and Mme André said that everything was very well done. It ceased being a rustic type place and became more of an upscale type establishment.

Madame André arrived in 1934 to be the manager of the hotel. At that time she was Mme Cottier and she and her husband took over the place. In 1935 they built the garage. In this pre war period there were quite a number of distinguished visitors, some of whom still return here to visit the place and to see Mme André.

Back then the French franc was strong against the Swiss one, so there were Parisians, Americans and all kinds of guests. Many apparently came because the golf course nearby was one of the first ones in this part of Europe where you could play without having to be a member.

In 1948 the annex was rebuilt; it had been a chicken house and a laundry, but at this time the apartment and rooms were put in.

In 1957 Mme André bought the hotel with a mortgage from the Credit Foncier Vaudois, however she sold it just three years later in 1960 to Gaston & Trudy Hubert for 400,000 Swiss Francs. The Hubert’s redid it at this time, installing the indoor toilets. The rooms which are now toilets on the first and second floors used to be housing rooms. We rented the hotel from Mme Hubert in 1969, on condition that we take in the hotel guests who had already booked. Then we bought it from her a couple years later.

Mme André was in charge of the hotel for 36 years and lived in Room 1, which is at present the bathroom on the first floor to the left. She said, “A general always needs to be with his troops!” and I imagine she ran a pretty tight organization. Here is the list she gave me of the hotel staff as it existed in the 1930’s: 1 farmer, 1 secretary, I barman, 2 waiters, 1 chef, I assistant chef, and chamber maids hired from the area. She paid the princely wage of 5O centimes per hour to the maids (mostly farmer’s wives) and had the reputation of being able to get her money’s worth (however, we must remember of course the Swiss Franc was worth a lot more then than now, so it is difficult to compare these figures with those we know today).

Where we used to have the printing machine, and what is now our pantry now, used to be the ice storage place of the hotel. They would keep the ice down there during the summer because it was the coolest place, being under the stairs on the north side. Also, Mme André has complimented us on how the place has looked and said that many of her former clients when returning to see her have mentioned that the building looks really nice.

One American was there when both of his dogs died, and she gave him permission to bury them between the two linden trees in front of the main building. When he heard that we had bought the property, he immediately called her to make sure that their burial place wasn’t going to be disturbed.

When the plumbing system was upgraded a few years ago, trenches were dug through the front lawn and a thick layer of charcoal was plainly visible. So there used to be a large wooden building on the present site, which makes sense because it is on the corner of two very old roads. There is no record in the cantonal archives of what this building was.

Whatever was there before, I believe it was a place of unanswered prayers . . . because that would be the reason that the Lord sent Loren and Darlene to that spot to start out first YWAM training center.

Why Geneva? Why Now?

On Tuesday, 18 June 2019 I gave this short message to the delegates at a seminar in Geneva on alleviating poverty. They are in government and business mostly, and are seeing to learn how to influence the writing of good laws for their nations. The title I was given: ”Why Geneva? Why Now?”

P.S. My walking tour of the history of Geneva is on YouTube in 7 episodes.

A Biblical View of Work

Video

If we look at the Bible, the very first way God reveals himself in the first verse of the first chapter of the first book, (that would be Genesis 1:1, as the SBS people have figured out by now) God is working!
Where do we get this idea that work is literally a punishment?

A message given in November 2016 in Lausanne, Switzerland. With translation into Mandarin, and available with English subtitles.

The Haywagon Story

I realize it’s a bit long, but if you’ve never heard this it’s worth the read. The beam I’m holding, below,is the last remaining piece of the haywagon.

Since it’s a perfect example of the death-of-the-vision principle, it’s a resurrection tale as well.

In early 1974 Loren was in prayer at the Lausanne base, and received what seemed like an unusual word from God: to pray for a farm. Unusual, because farms in Switzerland were virtually impossible to come by; they are almost always family-owned, passed down through the generations and very rarely ever sold. Without any possibilities in sight, Loren nevertheless held fast to what he believed God had told him.

Then he heard that all the equipment of the farm across the road from the YWAM base was going to be auctioned off. The Lord spoke again: “Go to the auction, and buy some farm equipment; because I’m going to give you a farm.” In obedience, Loren took a step of faith and bought a milk can, a roll of barbed wire, and an old, run-down hay wagon. The last item would prove to be more than simply symbolic.

One of the young Swiss staff members at the Lausanne base saw the hay wagon being pulled into the base parking lot. She was shocked to learn that Loren had paid 1,000 Swiss francs for it (as were several other staff). The next weekend she told her parents about Loren’s word about the hay wagon, the ridiculous price paid for it, and the word about receiving a farm in Switzerland. Her father listened with great interest, because he was on the board of a certain orphanage in a village called Burtigny! It was none other than La Maison. He approached the other board members, informing them that YWAM was praying for a farm and asked if they would consider the organisation as a possible candidate. This began a lengthy five-year process, during which the orphanage director repeatedly rejected the pastor’s proposal.

Loren left Switzerland in late 1974 to begin the Kona base in Hawaii, then Joe P. left Lausanne for Kona in 1976. But the francophone staff at the Lausanne base were convinced that the property and its farm was God’s provision and continued to press forward in prayer over the next years.

To make a long story short, the property was turned completely over to YWAM in 1979. It was debt-free, the freezers were full of food, and there was money in the bank. The property included a large central building, a fully-functioning small farm, a large professionally-equipped garden, a carpentry shop, a garage, a stone bread oven, several apartments, four barns, 18 Swiss cows, and their cowbells.

Four young Swiss couples left the Lausanne base and moved to Burtigny in November 1979. They held their first DTS there in 1980 and from the outset had a clear vision to see the training up of francophone youth into missions. YWAM Burtigny has strong links to French-speaking Africa. In keeping with the strong social legacy of the orphanage, the base also took to heart its call to Mercy Ministries on the local front. They took care of the aging staff who had faithfully worked in the orphanage, set up a counseling centre, worked in programs for the restoration of drug users and held regular Summers of Service and ministries with local churches.

The buildings were run down (the school wing was actually condemned), and we have been doing non-stop renovations ever since 1980, some quite extensive. YWAM has used the now modernized former orphanage as a training centre for short- and long-term missionaries, and by the time of the centennial of the buildings in 1999 we had trained as many young people as the number of orphans who had been sheltered here during the 80-year life of the orphanage.

Here’s the point: that small, seemingly insignificant step of faith (in reality a step of obedience) of Loren’s buying the hay wagon was the thing the Lord used to put us in touch with the board member who became our link to the orphanage director. And that first investment of 1,000 Swiss francs has been multiplied many thousands of times over. God is good!

500 ans après la Réforme . . . et maintenant ?

Tom Bloomer
05/04/2017
Notes prises lors d’une rencontre communautaire

Nous célébrons le 500ème anniversaire de la réforme de Luther, et bien que beaucoup de personnes tout autour du monde prient pour une nouvelle réforme, la plupart ne savent pas réellement pourquoi ils prient. En quoi ce qui s’est passé il y a 500 ans nous concerne-t-il aujourd’hui ?

En tant que missionnaires, nous devrions étudier ce qui s’est passé durant la réforme, particulièrement à Genève, car il s’agit là de la transformation la plus profonde et la plus rapide d’une nation qui se soit produite dans toute l’histoire des missions. Ce n’est pas une chose facile que de transformer une nation, mais cette équipe de Français l’a fait. Ils n’étaient pas parfaits. Ils ont commis un bon nombre d’erreurs, mais ils ont accompli beaucoup plus qu’aucun autre groupe de personnes après eux durant ces 500 ans !

Réforme ou réveil ?

Qu’est-ce donc qu’une réforme ? En termes simples, « c’est lorsqu’une nation est transformée sur l’espace d’une génération, avec de nouvelles institutions, de nouvelles lois, une nouvelle vision du monde. » Une réforme est très différente d’un réveil. Un réveil devrait logiquement être la première étape de la transformation d’une nation. Mais dans la plupart des cas répertoriés par l’église, le réveil a profondément affecté l’Église, mais pas la nation dans son ensemble.

Un des premiers orateurs de nos écoles a été Duncan Campbell. Il avait pris part au réveil des Hébrides, en Écosse, où en allant dans une certaine vallée, on pouvait entendre chanter le chœur des anges. Et l’église était ouverte chaque nuit. Les non-chrétiens aussi bien que les chrétiens, lorsqu’ils se rendaient à l’église, tombaient à terre sur le bas-côté de la route sous la puissance de la présence du Saint-Esprit et la conviction de péché.

Beaucoup d’entre vous ont entendu parler du réveil au pays de Galles il y a environ 100 ans. Lors de ce réveil, on enseignait la restitution : en d’autres termes, si vous aviez volé quelque chose à quelqu’un, vous deviez le lui rembourser. Il y a eu aussi une puissante série de réveils avec Charles Finney en Amérique au 19ème siècle. Le plus puissant a eu lieu à Rochester, dans l’état de New-York. On dit qu’après ce réveil, durant plusieurs années les prisons étaient vides, tout simplement parce qu’il ne se commettait plus de crime. Les bars fermaient, parce que plus personne n’allait y boire. Récemment encore, Rochester était connue comme la ville la plus généreuse d’Amérique, celle qui possédait le plus haut niveau de libéralité par habitant.

Un réveil peut donc agir très profondément. Une définition du réveil est que les chrétiens sont « enflammés pour Dieu » et que les incroyants qui viennent les observer brûlent aussi. Dans un réveil, il y a aussi généralement une profonde conviction de péché et la confession. Certains réveils ont donné naissance à des institutions charitables telles que des hôpitaux et des orphelinats. Mais les lois et les institutions politiques ne sont que peu touchées, et le réveil ne dure souvent qu’une génération.

Coup de projecteur sur l’Écriture

Durant la 18e année du règne du roi Josias (2 Rois chapitres 22 et 23), alors qu’il était âgé de 26 ans, il s’est rendu compte d’une manière ou d’une autre que l’argent qui était censé servir à réparer le temple n’arrivait pas à destination. Il a donc pris les choses en main et mis de l’ordre dans le financement et l’exécution des réparations de tous les bâtiments du temple. Comme on nettoyait le temple, on a trouvé le livre de la loi dans la maison de Dieu. La plupart des commentateurs pensent qu’il s’agissait des cinq premiers livres de Moïse et de la Bible (le Pentateuque). Le roi a ordonné que ces rouleaux lui soient lus et, quand il a entendu ce qu’ils disaient, il a déchiré ses vêtements et a commencé à mener deuil, parce qu’il réalisait que les Israélites ne vivaient pas d’une manière conforme à la loi de Dieu. Le Seigneur a maintenu le jugement qu’il avait prononcé sur la nation, mais il promit d’épargner Josias à cause de sa justice. Alors Josias a commencé à briser les idoles un peu partout, et a purifié la nation de son idolâtrie. Josias a aussi restauré la Pâque.

Mais l’œuvre de Josias est restée pour l’essentiel limitée à ce que nous appelons aujourd’hui la sphère de la religion : Il n’y a pas eu de réforme du secteur des affaires, des achats et des ventes ; il n’est pas fait mention non plus d’une aide apportée aux pauvres ou aux orphelins. Cela a été un moment puissant de l’histoire d’Israël, mais comme beaucoup de ces moments, il n’a duré que le temps que ce seul roi a vécu. On peut trouver de meilleurs exemples de ce que nous disons, dans les histoires d’Esdras et de Néhémie. Esdras a reconstruit le temple. Il était plus petit que le premier, et beaucoup moins glorieux, mais il l’a reconstruit. Néhémie est arrivé un peu plus tard et a reconstruit la ville. Beaucoup de personnes voient en cela les deux étapes de ce que Dieu fait dans une nation. Il doit d’abord reconstruire et purifier l’Église, rétablir l’adoration au milieu d’elle, et la purifier de la corruption. Mais la seconde phase, celle que nous ne voyons pas assez souvent, intervient quand la nation elle-même est reconstruite.

Les Frères Moraves et Calvin

Il y a eu dans le passé à Genève une noble tentative d’amener chacun des domaines de la vie sous la seigneurie de Christ, de prendre la parole de Dieu comme seule autorité, non seulement pour l’Église, mais aussi pour la nation. Aujourd’hui le Seigneur conduit beaucoup d’églises à sortir pour aller vers leurs communautés. L’adoration et l’intercession à elles seules n’amèneront pas la réforme. Elles peuvent amener le réveil – par exemple en ce qui concerne le réveil qui s’est produit à Genève au début du 19ème siècle, il y avait eu des générations de prière avant que ce réveil éclate. Une dame anglaise était venue s’installer à Lausanne et avait prié pour Genève pendant des dizaines d’années. Pendant trois générations, les Frères Moraves avaient envoyé des équipes à Genève pour prier pour le réveil. Mais Calvin ne s’est pas contenté de travailler avec l’Église ; il voulait commencer avec l’Église. En commençant par l’Église, il a commencé en cherchant à ce que chaque personne de la ville expérimente une rencontre personnelle avec Dieu. Et il y a eu une complète réforme de l’Église.

Calvin et son équipe croyaient avoir découvert le modèle néo-testamentaire exact de l’Église. La plupart d’entre nous ne pensent pas que cela ait grand-chose à voir avec des robes noires et des couvre-chefs comiques, mais c’est ce qu’ils ont établi à Genève. Calvin avait vécu sous un roi et un système judiciaire très injustes, et personne, particulièrement l’Église, n’était intéressé à savoir, par exemple, si les pauvres avaient assez à manger. L’Église travaillait avec le roi et les autres nobles à institutionnaliser l’injustice, et des milliers d’amis de Calvin avaient été mis à mort.
Ce genre de choses semble se produire de la manière la plus sévère dans des systèmes de pouvoir centralisé, où de plus en plus de pouvoir est aux mains d’une personne ou d’une famille. Cela crée une structure spirituelle où des puissances mauvaises peuvent prendre le contrôle. Durant ses années d’études à Paris, Calvin avait certainement réfléchi à toutes ces questions. Comment les gens devraient-ils vivre ? Si on pouvait recommencer avec juste la Parole, et tout reconstruire selon les principes de la Parole, à quoi cela ressemblerait-il ? Et si on pouvait prendre soin des réfugiés et des pauvres ? Des sans-emploi ? Si on pouvait assurer une éducation à chaque enfant, même aux filles ? Et si on traduisait la Bible dans le langage des gens et qu’à partir de la Bible, on enseignait à chacun comment vivre ? Comment les familles devraient-elles fonctionner, quelles sont les responsabilités des pères et des mères ? Et si on pouvait fournir à chacun un emploi et/ou la possibilité de démarrer une entreprise dans sa maison s’il n’a pas de métier ? À quoi ressemblerait un gouvernement juste ?

Calvin a dû fuir pour sauver sa vie. Mais parce que le roi de France et ses forces avaient essayé de les tuer, lui et tous les Français qui l’avaient rejoint à Genève, Calvin avait l’avantage de ne pas seulement avoir étudié la théologie et le droit. Il avait aussi expérimenté ce qu’était vivre sous un gouvernement injuste, et savait donc ce qui ne marchait pas.

Dieu avait conduit Calvin à Genève, où régnait un vide. Le pouvoir politique s’était désagrégé, dans l’Église aussi bien que dans l’économie, la plupart des dirigeants étaient partis, et la ville était sans défense en face du duc de Savoie. Les gens aspiraient désespérément au changement, et c’est alors que le réveil se produisit. (Pratiquement tous les réveils dont nous avons connaissance par l’histoire se sont produits dans une nation où se ressentait un immense besoin de changement.)

Calvin introduisit le système de diffusion du pouvoir. Le pouvoir n’allait pas être concentré dans une seule ni dans quelques familles. Aujourd’hui, dans la plupart des nations du monde, le pouvoir est concentré dans quelques centaines de familles. Elles constituent ce qu’on nomme l’élite. Elles s’efforcent à tout prix de conserver le pouvoir et la richesse pour elles-mêmes et ne pas permettre au reste des gens de les partager. C’est ce que nous trouvons en Amérique. Nous avons une petite élite, qui tient littéralement entre ses mains 100 milliards de dollars, sans se soucier du fait que certaines personnes n’ont pas assez d’argent pour acheter de la nourriture pour leur famille.

Le point crucial de l’histoire est que Calvin et son équipe avaient étudié en profondeur, non seulement la théologie, mais aussi chacun des domaines de la société. Calvin avait étudié le droit. Pierre Viret, le seul Suisse de l’équipe, était pasteur à Lausanne et avait également étudié la pédagogie. Il a écrit des livres sur la théologie biblique de l’éducation, de véritables pavés qui sont de nouveau imprimés aujourd’hui après avoir été indisponibles pendant plusieurs siècles. Pierre Viret était aussi un homme de prière. Ils avaient fait leurs « devoirs à la maison » – des années d’étude intense – pour les préparer à faire passer à la nation le message sur la manière de vivre. Par exemple, ils ont dit aux banquiers qu’ils ne pouvaient pas demander des intérêts si élevés parce que cela maintiendrait le pays dans la pauvreté. Et ils disaient que les valeurs à cultiver étaient la famille, l’éducation et le travail sérieux.

Ces principes que Calvin et Viret ont enseigné aux banquiers durant la réforme à Genève sont les mêmes que la Banque Mondiale enseigne aujourd’hui au monde entier. Mais Calvin a été le premier à introduire ce système et à le mettre par écrit. Une grande partie de la pensée de Calvin s’est développée sur la base de la théologie de l’importance de chaque individu. Jusqu’au 16ème siècle, l’Europe était une société fondée sur le groupe. Toutes les décisions importantes étaient prises par le groupe. L’individu n’avait pas d’autorité, et très peu de valeur, surtout les femmes. Mais les féministes européennes reconnaissent en Calvin le premier homme à reconnaître que les femmes n’étaient pas moins importantes que les hommes.
À la base du système éducatif de Calvin se trouve sa conviction théologique que chaque être individuel a été créé à l’image même et à la ressemblance de Dieu. Chaque individu a besoin de pouvoir lire la Bible lui-même. C’était la base de sa théologie de l’Église : il n’y a pas de prêtres parce que chaque croyant est un prêtre. Cette conviction était à la racine de sa pensée au sujet de la démocratie. Il a tiré la démocratie de la Réforme française : chaque citoyen convenablement éduqué, y compris les femmes, devrait être capable de participer aux décisions concernant la nation.

Le prochain pas

Nous sommes allés trop loin sur le chemin de l’individualisme. Notre prochain pas est de redécouvrir ce que signifie la vraie communauté. L’isolement et la solitude sont un de nos plus graves problèmes sociaux. Beaucoup de gens considèrent Paris comme la ville de l’amour, mais Paris a le plus fort pourcentage de personnes vivant seules. Nous devons redécouvrir dans nos groupes chrétiens ce que peut être la communauté. Je pense que c’est la raison pour laquelle, à JEM, Dieu nous a donné des équipes et des bases : pour comprendre comment marchent les communautés, ce qui peut les détruire, comment nous pouvons améliorer les choses. Nous avons appris certaines leçons, mais globalement, en ce qui concerne le développement de nos communautés, nous en sommes encore au niveau EFD. Dieu a beaucoup à nous apprendre concernant la communauté. J’ai récemment lu un livre appelé « Communauté de pardon ». C’est un livre puissant. L’auteur a compris que beaucoup d’entre nous avons une compréhension superficielle du pardon. De ce fait, nous ne demeurons pas dans le pardon de Dieu, et nous ne vivons pas non plus dans le pardon avec nos frères et nos sœurs. Dans beaucoup, beaucoup d’églises, le problème majeur est la médisance et la division, que ce soit en Suisse ou aux États-Unis, et j’en ai également entendu parler dans beaucoup d’autres pays.

Nous avons besoin d’imaginer plus de manières d’ouvrir nos communautés aux personnes qui cherchent Dieu. Comment pouvons-nous mieux le faire et avec sagesse ? Certaines de nos minstères à JEM font ce genre de choses dans leurs villes. Ils travaillent avec les jeunes gens, les enfants, la municipalité, pour faire de la ville un endroit plus agréable à vivre, et ils rencontrent une ouverture remarquable à leur message.

Je pense que le Seigneur veut que nous pratiquions plus ce genre de choses, mais cela a un prix. Vous ne pouvez pas transformer une nation sans offrir votre vie. Si vous vous engagez sérieusement à ce sujet, vous courez à la confrontation avec des puissances mauvaises. Certaines ont été au pouvoir depuis longtemps et n’abandonneront pas le terrain sans combattre. Elles contre-attaqueront. Elles mettront à profit toute faiblesse, toute ouverture dans nos vies, toute fissure dans notre fondation, pour nous balayer.

Je crois que nous arrivons à un temps où plus d’entre nous offriront leurs vies de manière très littérale, comme l’Église copte en Égypte. Les attentats à la bombe dans deux églises lors des célébrations de Pâques, et la décapitation de 21 d’entre eux dans le Sinaï ont été pour eux un appel à se réveiller. Beaucoup de chrétiens coptes qui ne fréquentaient pas l’église ont commencé à s’y rendre, et les églises sont bondées. Ils témoignent de leur pardon à l’égard des musulmans violents. Et ils déclarent qu’ils sont prêts à offrir leurs vies.

J’ai visité le Musée du Désert, dans le sud de la France. Cette communauté de croyants engagés qui vivaient à l’époque de la deuxième vague de persécution en France à la fin du 17ème siècle a traversé une persécution incroyable de la part du roi de France. Ils chantaient tous les psaumes, et un des psaumes qu’ils chantaient disait : « C’est ici la journée que l’Éternel a faite. Qu’elle soit pour nous un sujet d’allégresse et de joie ! » Pour nous, c’est un chant d’acclamation, mais dans ce temps-là, si quelqu’un était pris à exercer le ministère pastoral dans cette église en France, il était soit immédiatement exécuté, soit envoyé aux galères du roi, des vaisseaux de combat à rames utilisés en Méditerranée. Ramer était si pénible qu’ils en mouraient au bout d’une année au plus. Si on exécutait les pasteurs sans attendre, ils montaient les degrés de l’échafaud en chantant : « C’est ici la journée que l’Éternel a faite. Qu’elle soit pour nous un sujet d’allégresse et de joie ! » Et les protestants tout alentour se mettaient à chanter avec eux. Se réjouir ! Alors même qu’ils voyaient leur pasteur être pendu ! C’était un témoignage si puissant que l’armée faisait tout pour les empêcher de chanter. Les soldats étaient bouleversés de voir que des gens puissent marcher à la mort de cette manière.

Lorsque nous parlons d’une nouvelle réforme, nous ne parlons pas simplement d’un travail acharné, d’une étude sérieuse, ou de quelques versets de la Bible à apprendre concernant le domaine où nous voulons travailler. Nous parlons de maîtriser le mieux possible ce domaine professionnel, pour avoir quelque chose à dire quand la porte s’ouvre. Le Seigneur a dit que si vous êtes fidèle dans les petites choses, il vous donnera autorité sur dix villes. (Et dans un évangile, il dit : « Je vous donnerai autorité sur beaucoup. ») Je connais très peu de chrétiens qui se préparent sérieusement pour prendre autorité sur dix villes. Pourtant, si nous croyions réellement ce que Jésus a dit, nous étudierions des sujets tels que les systèmes de distribution d’eau et de traitement des déchets, le compostage urbain, l’éducation ou le gouvernement. Nous étudierions sérieusement comment faire toutes ces choses, et nous deviendrions des références dans chacun de ces domaines. Bien sûr, il existe des personnes qui ont cette autorité, mais il faudrait que plus d’entre nous prennent cette tâche au sérieux et comprennent ce que signifie être un bon prochain.

Nous voulons prendre au sérieux ce que Jésus a dit quand il nous a enseigné à prier que la volonté de Dieu soit faite sur la terre comme elle l’est au ciel. Nous avons prié cette prière toute notre vie, des centaines ou des milliers de fois, mais pour quoi prions-nous en fait ? À quoi cela ressemble-t-il concrètement quand les choses sur terre commencent à devenir plus comme elles sont au ciel ? Est-ce que cela signifie que nous chantons mieux ? Avec des instruments plus sympathiques ? Pourquoi pas, mais je pense que cela signifie beaucoup plus que cela.

Nous honorons la mémoire des centaines de milliers de croyants consacrés qui ont abandonné leurs maisons et leurs terres pour pouvoir adorer librement le Seigneur, parce qu’il représentait pour eux plus que toute autre chose. Nous savons qu’ils font partie de cette grande nuée de témoins qui nous regardent du haut du balcon des cieux et espèrent que nous irons plus loin qu’eux. Alors que Dieu nous conduit de plus en plus à prier pour une nouvelle réforme, faisons-lui confiance pour nous enseigner ce que cela signifie, ce que cela coûte. Puissions-nous voir quelques-unes des incroyables bénédictions qu’il veut apporter à nos villes.

Tom Bloomer
Recteur Émérite de l’Université des Nations

Version anglaise